Star Trek Sans limites
Scénario 62
Réalisation 50
Acteurs 73
Audio 80
Image 77

Ce film rempli en partie les objectifs fixés. On a un retour de l’univers et des valeurs trekkiens originels et de l’action blockbuster hollywoodien même si le rythme semble parfois décousu..

Summary Rating: 68.4% 68.4 Oui

Star Trek Sans limites

Le 3e volet de Star trek arrive enfin, pile poil pour les 50 ans de la saga. Il est annoncé comme le film qui renouera avec les thèmes abordés dans les premiers Star Trek soit l’exploration, la découverte de nouvelles civilisations, de planètes et le partage de valeurs « humanistes » et universelles. En tout cas, c’est ce que suggérait le final d’Into The Darkness. Il y a aussi de nouveaux visages autour et dans celui-ci : Justin Lee est à la réalisation (fast & furious, …), Simon Pegg (Montgomery Scott) et Doug Jung sont sur le scénario, Idris Elba (Krall) et Sofia Boutella (Jaylah) s’ajoutent au casting.

***

STAR TREK SANS LIMITES
Titre original : Star Trek Beyond
Par Justin Lin
Avec Chris Pine, Zachary Quinto, Simon Pegg…
Le 17 août 2016 au cinema
Durée 2h03

Synopsis

Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace

 

*** BANDE-ANNONCE FINALE VOST-FR ***

 

AXE PASSÉ/FUTUR

Dans l’ensemble, le scénario se tient même si assez simple. L’histoire se déroule enfin hors de la planète Terre. On est dans la bordure extérieure de la Fédération. L’Enterprise remplit enfin les missions d’exploration que l’on attendait. On a donc une nouvelle base spatiale Starbase Yorktown, ultra moderne et cosmopolite, des costumes et des couleurs plus kitsch. Il y a des prises de contact avec de nouvelles « races » et bien sûr avec des nouvelles menaces non-répertoriées. La scène d’ouverture aborde tout ça. 30 minutes de pur bonheur trekkien. C’est d’ailleurs l’objectif de ce volet : renouer avec l’univers de Gene Roddenberry tout en conservant le ton contemporain des films d’action SF.
Nous avons donc de nombreux clins d’œil à la saga portés par Léonard Nimoy et William Shatner comme la photo de l’équipage, la bande son et surtout la philosophie humaniste trekkien. Cette dernière est mise en avant par la confrontation entre la conception de Krall (plus individualiste, pro-militaire et conquérante) et celle de Kirk (plus dans le collectif, la « pluri-ethnicité » et l’exploration).
Seulement voilà, le rythme imposé par le furious Justin Lin devient inégal par moment. Il n’y rien à dire sur les scènes d’action comme l’attaque de l’Enterprise ou la scène spacesurfin sur un son des Beastie Boys. Elles restent superbes même si cela rappelle La Stratégie d’Ender. Pour ce qui est des scènes plus calmes et contemplatives, elles sont utiles à notre envie d’explorer mais pas insérées de manière judicieuses.

 

StarTrek-Sans-Limites_01_BBBuzz

 

DES PERSONNAGES TREKKIENS, ENFIN !

La tendance globale est de développer l’humanisme dans les personnages. Cependant, l’intention n’est pas la même pour tous et elle peut être perçue comme redondante. Pour James T. Kirk, Chris Pine n’apporte pas grand-chose. Il replonge encore dans ses doutes quand à sa place dans Starfleet et de ce qu’il désire faire. Idem pour Spock qui est déchiré entre ses désirs d’explorations et son devoir de reconstruire la civilisation vulcaine. Ces retours sont un peu lassants surtout que l’on pensait ces points réglés. Concernant Sulu par exemple, cela s’est fait plus simplement. On découvre notamment un nouvel aspect de sa personnalité quand il rejoint sa famille sur la Starbase Yorktown. Malheureusement, l’exploration Sulu-Uhara-Chekov s’arrête là. Ils feront de la figuration durant tout le film. C’est dommage… Karl Urban a su enrichir et étoffer son personnage et cela a même profité à Spock. Ainsi on a pu revivre les échanges légendaires entre le cœur et le cerveau de l’Enterprise, rappelant agréablement la série et les films originels. L’arrivée de Jaylah a aussi insufflé un renouveau dans l’équipage. Elle rappelle Neytiri, la célèbre chasseuse/guerrière na’vi. Ce personnage féminin est haut en couleur tant dans les scènes d’action que dans son rapport père/fille ou disciple/maitre avec Montgomery Scott. Même Krall (Idris Elba), le vengeur méticuleux et assidu, arrive à nous sensibiliser aux raisons de sa vendetta.

 

StarTrek-Sans-Limites_02_BBBuzz

 

CONCLUSION

Ce film rempli en partie les objectifs fixés. On a un retour de l’univers et des valeurs trekkiens originels et de l’action blockbuster hollywoodien même si le rythme semble parfois décousu. On a de belles surprises comme les personnages de Jaylah et McCoy ou encore la scène d’action finale avec « spacesurfing » du vaisseau old school de starfleet sur un son hip-hop bien retro. On sent que l’orientation artistique de ce volet ouvre probablement le ton de la série à venir. Vivement janvier !

 

 

Related posts

Docteur Frankenstein

Docteur Frankenstein


Rating: 44.0%

Docteur Frankenstein

Rating: 44.0%

Cette avec déception que j'ai donc constater que cette nouvelle version de Frankenstein ne marquerait pas l'histoire du cinéma. Si sur le papier l'idée pouvait être intéressante, elle a malheureusement été plombé par Hollywood et sa volonté d'insuffler toujours plus d'action...

Délivrance

Délivrance


Rating: 72.0%

Délivrance

Rating: 72.0%

Les pays nordiques ont vraiment le thriller dans le sang. Si les suédois nous avaient offert Millenium, les danois nous ont donné la trilogie Les Enquêtes du Département V. Après Profanation en avril 2015 au cinéma, après Miséricorde en août 2015 en DVD, les enquêteurs Carl et Assad reviennent...

Un trailer pour Sin City 2 !

Un trailer pour Sin City 2 !


Un trailer pour Sin City 2 !

Êtes vous content de revoir Sin City au cinéma ? Qu'avez-vous pensé de cette bande-annonce ?