TOTAL WAR : WARHAMMER II
Scénario 85
Graphisme 85
Gameplay 95
Audio 85
Fun 95

Si vous avez aimé Total War Warhammer 1, Total War Warhammer 2 vous plaira également sans aucun doute, car il s’agit la de même formule agrémentée par de nombreux (bon) ajouts..

Summary Rating: 89.0% 89 Oh Oui !!!

TOTAL WAR : WARHAMMER II

1 an, quelques mois et de multiples DLC plus tard, Creative Assembly reprend la formule de son dernier né, Total War: Warhammer et l’affine afin de nous proposer de savourer une nouvelle fois cet habile mélange entre sa licence phare (Total War) et l’univers de Games Workshop (Warhammer). Cette première phrase ressemblant très fortement à une conclusion peu objective, détaillons les nouveautés apportées par Otal War: Warhammer 2 alias TTW2.
La première chose à savoir est qu’il s’agit bien d’un jeu à part entière et non d’une extension ou d’un dlc, il n’y donc nullement besoin d’avoir le premier volet afin d’en profiter. Le concept est cependant exactement le même qu’auparavant, toute la gestion de l’économie, du militaire, de la diplomatie etc se fait via une carte du monde au tour par tour et les batailles sont réglées en temps réel façon RTS. Pour un avis plus précis sur les mécaniques du jeu, nous vous invitons à lire celui du précédent opus.

****

TOTAL WAR : WARHAMMER II
Développé par Creative Assembly
Edité par Sega
Sortie 28 septembre 2017
Type Action – Stratégie
Disponible en édition standard PC et édition Limitée PC

Total War: Warhammer 2 – Trailer

La campagne se déroule dans le ‘New World’ et fait fi en grande partie des races que l’on pouvait rencontrer dans le précédent volet (the ‘Old World’). On pourra ainsi commander 4 factions différentes, chacune divisée en deux sous factions contrôlables (donc 8 total, math skill lvl over 9000). La différence entre les deux sous factions étant le LL (Legendary Lord) avec lequel on commencera la partie et la position de départ sur la carte. Si on prend l’exemple des High elves, choisir Tyrion place le joueur au nord-est au milieu des autres factions HE tandis que Teclis se retrouve à l’opposé tout au sud ouest beaucoup plus isolé. La rejouabilité est donc plus intéressante étant donné que les situations seront très différentes à gérer dès le départ.

En outre, on pourra également jouer avec les Dark Elves, les Skaven et les Lizardmen. Heureusement, il est à noter que de nombreuses autres races sont présentes sur la map bien que controlées uniquement par l’IA (d’autres sous factions des races principales dont des humains, vampire count etc). Creative assembly réalise un très bon travail en parvenant à rendre chaque race unique d’un point de vue mécanique de jeu (et esthétique bien sur mais c’est propre à l’univers). Il est probable que les DLC de Total War Warhammer 1 (qui ont rajouté à chaque fois une nouvelle race se jouant de façon différente) ont donné suffisamment d’expérience aux développeurs pour nous pondre des factions aux mécaniques uniques, diversifiées et intéressantes. Les HE par exemple, disposent d’une monnaie supplémentaire : « l’influence ». Celle ci permet d’altérer les relations diplomatiques entre deux factions. Il est ainsi possible de forcer la guerre/paix entre plusieurs d’entres elles. La diplomatie s’en trouve grandement plus appréciable et nous espérons grandement que ce genre de système sera appliqué à toutes les factions par la suite, en plus des actions type « cesser la guerre avec X, donner la cité X à X qui sont toujours manquantes dans cet opus malheureusement.
Côté roster, aucun problème à signaler, l’ensemble est varié (et esthétique) et la plupart des unités semblent avoir leurs rôles à jouer dans votre composition d’armée (à vérifier par des joueurs plus connaisseur bien sur, notamment côté multiplayer mais pour des amateurs comme nous ça le fait bien !).

La grande nouveauté de la campagne est l’ajout d’une sorte de fil directeur via le « Vortex ». Chaque faction principale est capable de conduire des « rituels » afin d’influer sur le comportement de celui ci. Le but étant bien sur en tant que joueur de compléter tout vos rituels tout en arrêtant ceux de l’IA. Il est possible de payer une armée de mercenaire (la taille varie selon les fonds dépensés) contrôlée par cette dernière afin d’attaquer les sites de rituels (une ou plusieurs cités définies à l’avance). Cette fonctionnalité s’avère indispensable car la taille de la map est très importante (ce qui est appréciable) et devoir la traverser en moins d’une dizaine de tour est très délicat (voire impossible). Ainsi, ces armées d’intervention apparaîtront directement à côté de leur objectif afin d’entraver le rituel en cours. Le gros problème est que lors d’un de vos propre rituel, si l’IA décide d’envoyer une intervention, celle-ci va spawn directement sur votre territoire ET va agir durant le même tour, ne laissant aucune chance de défense. Le problème étant accentué par le fait que toute cité se trouvant sur son chemin sera attaquée, qu’importe qu’elle fasse partie du rituel ou non. De plus, lors du lancement d’un rituel, des armées du chaos viendront gentiment vous titiller l’arrière train. Il faudra donc être en position de force avant même de lancer un rituel, en ayant idéalement plusieurs armées consacrés à la défense. Bien qu’un poil frustrantes à cause des points évoqués ci-dessus, ces mécaniques apportent grandement à l’expérience globale, puisqu’elles ajoutent une certaine pression (stopper les rituels etc) ainsi qu’une scénarisation. Il est cependant tout à fait possible d’ignorer complètement le vortex pour les plus récalcitrants jusqu’au moment du dernier rituel (d’un opposant IA) qu’il faudra en revanche stopper afin de continuer la partie.
Mais comment lance t’on un rituel Fred ? Certaine cité prédéfinie génère des « Way-Fragment » à la faction qui la détient. Une fois un montant atteint, il est possible de lancer un rituel. Il faut savoir que durant toute sa durée, des bonus globaux (coûts réduits, ordre publique supérieur) seront appliqués afin d’aider à défendre contre le chaos et les armées d’intervention. Plutôt sympathique donc, afin de contrebalancer un peu la difficulté.

L’UI à part ailleurs été quelque peu revue et apparaît plus lisible qu’auparavant, aidant à mettre en avant toutes les informations présentées. Nous avons d’ailleurs été agréablement surpris par le nombre de quête ponctuelle (qui se règle via un simple clic) proposée. Plutôt immersif, une popup décrit une situation et il est possible de la régler via 4 choix, chacun donnant des récompenses différentes. On pourra par exemple gagner de l’ordre publique mais perdre un peu de relation diplomatique avec une faction etc.
De la même façon, les lords peuvent maintenant fouiller les ruines où explorer des trésors marins, offrant ainsi le même type de popup. L’aspect scénarisation/immersion est encore renforcé par ces systèmes, bien que ceux-ci montrent leurs limites au bout d’une centaine de tour+, où on finit par voir beaucoup de fois les mêmes textes et choix. On peut donc chasser des trésors en mer, mais si on se fait accoster par deux navires (deux armées en mer) alors qu’on en possède qu’une seule, c’est le gangbang assuré. Malheureusement, il n’est en effet toujours pas possible de jouer les batailles navales manuellement, seul l’auto resolve est possible. Ce dernier est par ailleurs beaucoup moins en la faveur du joueur (ce qui est bien) et carrément pas en sa faveur si il joue les Skaven (ce qui n’est pas bien)
Ainsi, même si votre armée contrôlée manuellement auraient facilement écrasée les deux autres, il est probable qu’elle subisse plutôt une défaite. Ceci est d’autant plus gênant qu’il y a beaucoup de flotte dans la campagne contrairement à la map de TTW1.

Beaucoup de flotte, mais pas beaucoup de fiottes ! En effet, par cette tournure sublime et absolument non tirée par les cheveux nous voulons souligner un des meilleurs ajouts de Total War Warhammer 2 : le comportement de l’IA. Celle-ci est enfin agressive et ne se contente plus de vous fuir indéfiniment. A force égale ou même légèrement déséquilibrée pour elle, elle n’hésitera pas à attaquer le joueur, lancer un siège. Les joueurs du Chaos de TTW1 peuvent se réjouir ! A noter que si vous êtes encore sur le premier volet, de nombreux mods sont disponibles afin d’émuler ce changement.
A l’heure de cette petite review, de nombreux mods sont d’ores et déjà disponible via le Steam Workshop. Beaucoup d’entre eux sont des mods qui étaient déjà présent sur TTW1, les aficionados du modding retrouveront donc rapidement leurs marques à ce niveau là.
Nous avons peu parlé des batailles pour la simple et bonne raison qu’elles n’ont pas beaucoup changées. Hormis un rééquilibrage réussi de la magie il n’y a pas réellement d’ajout notable. Il semblerait même que certains joueurs soient victimes de commander des soldats atteint d’Alzheimer. En effet, dans certains cas les unités peuvent « oublier » leurs ordres d’attaque et se contentent de rester sur place comme des glands! Pour notre part, nous avons pu observer ce cas quelques fois, principalement lors qu’une unité en chasse une autre (cours après quoi). Heureusement il est probable qu’un patch viennent nous sauver de tout ça.

D’un point de vue graphique on retrouve globalement le même rendu que l’épisode précédent (les synonymes pour parler de TTW1 commence à se faire peu nombreux !), à la différence que nous avons eu un problème de couleur (semblant trop saturée par défaut) sur la partie campagne ainsi que des fps peu flatteur. Bien que ça ne soit pas game breaking, c’est un peu dommage sachant qu’il ne semblait pas y avoir de soucis avec les autres Total War. Au même titre, lors d’un passage de tour la caméra va se placer très lentement sur la faction observée ce qui fait perdre un temps important à chaque fois. On finit par cocher « avance rapide » pour aller plus vite, mais se faisant on ne voit pas du tout les mouvements de l’IA (car cette fonctionnalité ne bouge pas du tout la caméra). Autrement au niveau des batailles l’ensemble est cohérant, bien optimisé et agréable à regarder quoi qu’on en dise. De nouvelles animations de duel entre les lords ayant même été rajoutées pour le spectacle.

L’aspect sonore est dans la même veine que pour TTW, les personnages vous rappellent toujours sans cesse leurs noms (au cas où on oublierait un peu comme les soldats et leurs ordres…). Les musiques sont superbes et intensifient comme il se doit les actions en cours (combat etc).

CONCLUSION

Pour conclure, si vous avez aimé Total War Warhammer 1, Total War Warhammer 2 vous plaira également sans aucun doute, car il s’agit la de même formule agrémentée par de nombreux (bon) ajouts. A notre humble avis Creative Assembly se rapproche un peu plus de l’expérience Total War ULTIME (please les batailles navales dans le 3).

 

NB : N’oublions pas la sortie imminente d’une giga campagne de la mort regroupant les maps des deux opus ainsi que toutes leurs races !

Related posts

[PSX16] Le retour de très vieilles licences…

[PSX16] Le retour de très vieilles licences...


[PSX16] Le retour de très vieilles licences...

C'est avec pas mal d'étonnement que nous avons vu revenir sur PS4 lors de la Playstation Expérience 2016, de vieilles licences Playstation. Il faut croire que la tendance de 2016 perdurera en 2017 : celle des jeux dit "remastered". Découvrons rapidement les jeux "remastered" annoncés sur PS4...


Call of Duty Elite : ENFIN!


Call of Duty Elite : ENFIN!

Bon, le titre est assez explicite. Nous allons parler du nouveau service associé aux jeux Call of Duty, j'ai nommé : Call of Duty Elite! Alors oui... on le sait, Call of Duty Elite, lancé à la sortie de Modern Warfare 3, a connu de nombreux bugs et problèmes sur ses deux plateformes (Pc...

Iron Man fait son show sur Marvel Heroes MMO

Iron Man fait son show sur Marvel Heroes MMO


Iron Man fait son show sur Marvel Heroes MMO

Marvel Héroes traine pas mal sur le web depuis 3 ans et alors qu'une sortie était prévu fin 2012, on espère maintenant que le jeu sortira bien en 2013. Marvel Héroes est un MMO Free-to-Play qui devrait sortir sur PC, PS3 et XBOX 360. Le jeu vous permettra d'incarner gratuitement un personnage...

Leave a comment

Que font 12 + 3 ?
Please leave these two fields as-is: