Mardi 11 Décembre au Max Linder, je m’apprête à rencontrer le plus mémorable des tueurs en série névrosé et perturbé du cinéma… Et l’ambiance est posée dès l’entrée !! Des mannequins ensanglantés sous une lumière inquiétante nous accompagnent jusqu’à la salle. Quelques uns sont assis de part et d’autre de la salle. Les lumières s’éteignent enfin et là gros plan de Elijah… Pendant 1h30 vous allez devenir et ressentir ce qu’est d’être un tueur en série. Vous serez dans sa tête. Vous regarderez par ses yeux, respirerez par sa bouche… »
Bouhouhouuu



MANIAC
De Franck Khalfoun
Avec Elijah Wood, Liane Balaban, America Olivo…
Produit par Alexandra Aja
Durée 1h 29min
Sortie le 2 janvier 2013

SYNOPSIS

Dans les rues qu’on croyait tranquilles, un tueur en série en quête de scalps se remet en chasse. Frank est le timide propriétaire d’une boutique de mannequins. Sa vie prend un nouveau tournant quand Anna, une jeune artiste, vient lui demander de l’aide pour sa nouvelle exposition. Alors que leurs liens se font plus forts, Frank commence à développer une véritable obsession pour la jeune fille. Au point de donner libre cours à une pulsion trop longtemps réfrénée – celle qui le pousse à traquer pour tuer.

REALISATION

Bien que ses précédentes réalisations n’étaient pas de « grands » films (2ème Sous-sol, Engrenage Fatal), Franck Khalfoun démontre qu’il a les épaules pour s’attaquer et refondre des films cultes comme LE Maniac de W. Lustig, film référence de l’horreur et de tueurs en série ! Certes l’association avec Alexandre Aja (Mirrors, La Colline à des yeux, ET >> Haute Tension << !!!), tant dans la production que le scénario, a beaucoup contribué à cette petite pépite mais le choix de tourner presque exclusivement en caméra subjective constitue la bonne idée de ce film. Cela m'a plongé instantanément dans la peau de ce psychopathe névrosé renforçant mon malaise et mon immersion malsaine dans ses pulsions meurtrières ! Il m'a forcé à regarder par ses yeux, à respirer par sa bouche bref être ce tueur implacable, le comprendre et même avoir une certaine empathie pour celui-ci !! Pour appuyer ce dernier sentiment, Franck a insérer quelques rares plan sur Frank Zito (Elijah) suggérant le dédoublement de personnalité et permettant le passage du statut de tueur à celui de victime. Autre choix intéressant, le changement de lieu de tournage et l'ajout de scènes par rapport à l'original. Le tournage a été effectué dans le Downtown, à Los Angeles et non pas à New-York (1er Maniac). On est loin du Los angeles glamour. Il renvoie à la schizophrénie du tueur par l’hétérogénéité de la population (Hipsters et Bobos le jour et clodos la nuit), de l'architecture (entre passé et moderne), les rues sont parfois bondés, parfois désertes !! En outre, l'ajout de ces scènes a permis d'appuyer et de développer la part d'ombre du tueur par son activité de restaurateur de vieux mannequins, entre passion et perversion.

CASTING

Autre point fort du film, ELIJAH WOOD !! Je suis totalement fan de ce gars!! Comparé au Joe Spinell (plus corpulant, imposant, dégueulasse), il dénote totalement avec sa gueule d’ange additionné à ce REGARD bleu claire. On a déjà eu ce type de contraste entre physique et rôle comme dans « Il était une fois dans l’ouest » avec Henry Fonda dans le rôle Frank et ça a marché du tonnerre !! Et ici c’est pareil ! Il ne retire en rien au rôle inquiétant et charismatique du tueur Frank Zito !! Bien au contraire, ce freluquet de Frodon Sacquet a de vrais airs de Norman Bates ! Je dirai même qu’il est d’autant plus crédible dans son idylle avec Anna… Son jeu est simplement excellent! Le fait d’entendre sa petite voix douce de dément sur les plans d’observation prédatrice, plus son regard à la fois terrifiant et attendrissant que l’on voit dans les reflets de miroirs, de vitres m’a fait froid dans le dos bouhouhouuu. Il porte le film !!
Pour le reste du casting, je passe… pas de mauvais jeu mais pas de marquant non plus.

EFFETS SPECIAUX & CO

Si vous êtes fan des giclées sanglantes, des coups de couteau en série à la Michael Myers ou la ténacité de Jason Voorhees avec une pincée de perversion de Norman Bates, vous serez servi ! Si vous manquez de théorie sur le procédé de scalp au gros couteau de trappeur où la mise en valeur de ceux-ci sur des mannequins, vos lacunes vont être comblées !! Les plans et les bruitages des perforations du thorax avec côtes brisées, arrachage de scalps,… sont saisissant de réalismes !! Ce mélange de maquillage et d’effets numériques rend vraiment honneur au dur et passionnant métier des tueurs en série !

BANDE SON

Réussi comme le reste… Oublié la flûte à bec du premier, Robin Coudert alias ROB (compositeur sur Radiostars, Jimmy rivère, claviériste du groupe Phoenix) a redéfini l’approche de Zito via des sons un peu plus éléctro, rappelant un peu ce qui avait été fait sur Drive. Il a appuyé et renforcé la construction du personnage de F. Khalfoun en peignant une ambiance émotive, nostalgique, mélancolique, empathique et parfois kitch. Il a également évité ce bon vieux procédé illustratif des films d’horreurs avec des sons stridents et répétitifs.

CONCLUSION

Je ne suis pas fan des remakes surtout quand il s’agit des films rentrés au panthéon des oeuvres cultes. Je dois avouer que c’est un bon remake. Ils n’ont pas simplement refait les scènes, ils ont réussi à réécrire le personnage de Frank Zito. Un Elijah Wood à la fois perturbant et apitoyant. Les scènes de meurtres sont aussi imparables en terme de réalisme et de violence. Vous vous souviendrez encore longtemps du son d’un scalp fraîchement arraché, ou encore de l’excitation du tueur lors de la mise en action de ces compétences prédatrices. Si je dois faire une critique négative sur ce film, je parlerai de l’affiche. Après ce bon film, je me suis retrouvé devant l’affiche et là… grosse pincée de nostalgie de cette jackette du Maniac de W. Lustig d’un tueur tenant le couteau d’une main et le scalpe dans l’autre. Une image violente et illustrant de l’ambiance du film. Celle-ci est pas assez travaillé à mon goût.



Il faut donc allez voir Maniac pour :

– devenir un tueur en série implacable et névrosé et apprendre ce métier via caméra subjective.
– les bruitages, les scènes de scalp et de meurtres violentes et réalistes.
– Un Elijah Wood transcendant !
– une bande son tout aussi réussi.


Sauf si :
– vous n’aimez pas le sang.
– vous n’aimez pas la violence.
– vous n’aimez pas les mannequins en général, ENCORE MOINS avec un scalp cloué sur la tête !



Mak’
[Mak’ Kak]





Et vous? Irez-vous le voir?
N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous.


About Author

BB

Créateur et Rédacteur de bbbuzz.fr. Fan de comics, je suis ce qu'on peut nommer un gros geek barbu.