Le trailer d’Interstellar m’a conquis dès les premières images. Alors quand l’occasion m’a été offerte d’aller voir le petit dernier de Monsieur Christopher Nolan, YATAAAAAAAAAA ! C’est un film dédié à l’exploration spatiale dont la philosophie globale porte sur notre place, nos rapports au monde (notre planète et l’espace) et nos rêves. Le tout est harmonisé à des scènes d’action, de suspense, d’émotion et d’images splendides de planètes et de l’espace.

***

INTERSTELLAR
Par Christopher Nolan
Avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine…
Le 5 novembre 2014
Durée 2h49

Synopsis
Dans un futur proche sur une Terre exsangue, un groupe d’explorateurs mené par Cooper utilise un vaisseau interstellaire pour franchir un trou de ver, récemment découvert, permettant de parcourir des distances jusque-là infranchissables afin de trouver une nouvelle planète habitable à coloniser pour l’humanité…

 
INterstellar_Image01
 

L’exploration spatiale…
Scientophile que je suis, j’ai adoré toutes les injections d’éléments « scientifiques » comme l’hibernation, le trou noir, le trou de ver, la gravité, les répercussions spatio-temporelles. L’utilisation outrancière de gadgets futuristes a été proscrite et tant mieux. Un bel emballage cadeau nous est offert pour parfaire le génie de Christopher Nolan.
Ce film foisonne également de séquences et d’images de qualité, illustrant et embellissant l’odyssée des héros Cooper (Mathew MacConaughey) et Dr Brand (Anne Hathaway). Il a été directement inspiré des paysages islandais et d’images prises par la Station Spatiale Internationale.
Il y a donc des plans fait montagnes enneigées, de vastes étendues d’eau, de passages à proximité des planètes de notre système solaire, du trou de ver ou encore dans les trainées lumineuses du trou noir. L’évasion totale !

 
INterstellar_Image04
 

Et l’introspection philosophique
Au delà de l’américanisme ambiant (le héros, la scéne d’ouverture, le personnel et les équipements spatiaux de la NASA), Christopher Nolan réussi à transcender les sentiments ordinaires et singuliers d’un homme, d’une famille, vers une vision plus universelle. Même si la situation semble catastrophique et l’opinion générale sont à l’inverse de vos rêves et de vos aspirations, il ne faut jamais les abandonner. Mais rassurez-vous, la mise en scène maîtrisée du réalisateur empêchent une dérive « guimauve » du scénario. Il met en écho la relation qu’a cette société en perdition et ses rêves passés d’exploration spatiale avec ce père torturé entre ses obligations présentes et son passé de pilote. Les jeux d’acteur se tiennent et prennent tout leur sens au fil du film.

 
INterstellar_Image02
 

***

Conclusion
Pour beaucoup, Interstellar se présente comme LE film de l’année et j’en suis convaincu ! Si des similitudes avec 2001 : l’Odyssée de l’espace ou Gravity peuvent lui être reprochées, la touche Nolan fait de cette épopée une singularité dans le genre SF. On pourrait penser qu’un film de 2h50 est beaucoup trop long : il n’en est rien ! À l’inverse d’Hidden Universe , le désir d’exploration dans cet espace infini est plus qu’assouvi grâce à cet opus ! Je n’ai pas vu le temps passer tant le rythme est maitrisé.

 

La bande-annonce vost


 

Alors?
Avez-vous vu Interstellar au cinéma ?
Parlons-en dans les commentaires ci-dessous et si vous avez aimé cet article, partagez-le !
Vous avez même la possibilité de donner votre propre note au film.

About Author

Mak' Kak

Rédacteur sur bbbuzz.fr, c'est notre mascotte, notre petit hipster !

1 Comment

    Alors oui, c’est un peu long mais finalement, après un début un peu poussif, on est bien prit dans l’histoire et on ne voit pas le temps passer. Les images sont belles, le scénario prenant, la fin inattendu et l’audio bluffant. Enfin du silence…
    Un très bon moment avec des scènes qui m’ont fait verser quelques larmes… Bah oui! J’suis sensible moi! 🙂

Comments are closed.