Des armées immenses, des batailles épiques, une gestion économique et militaire milimétré… Tel est la formule de base de nos amis anglais de chez Creative assembly avec leurs fameux Total War. Plutôt excitants sur le papier n’est ce pas ? En règle générale tout les titres précédents ont été bien reçu si l’on exclu les crash immenses, bugs épiques et optimisation kilométré à la perfection dont certains ont souffert au lancement (qui a dit Rome 2?). Il faut néanmoins préciser que depuis, la plupart de ces défauts ont été patchés. Total War Warhammer (car oui c’est bien de lui qu’il s’agit) est pour sa part béni d’un lancement qui rencontre peu de problème technique. La recette est ici la même : on gère ses armées, ville, économie via une carte représentant le monde, the old world (j’omet la traduction parce que ca vend pas du rêve « le vieux monde LOLKIKOO » au tour par tour. Puis, lors d’un conflit on passe en temps réel et on contrôle ses troupes à la manière d’un RTS.
Après avoir vu le monde de l’antiquité à l’époque Napoléonienne (si cette période à un nom particulier je ne le connais pas #dumb) au travers des différents Total war depuis des années (Shogun, Medieval, Rome, Empire, Napoléon et j’en passe) la série quitte l’histoire et le « réalisme » pour nous offrir un mélange savoureux avec la grande licence Warhammer de Games Workshop.

****

TOTAL WAR: WARHAMMER
Développé The Creative Assembly
Sortie le 24 Mai 2016
Type Gestion, Stratégie, Wargame
Microsoft Windows
Procurez-vous le jeu en version physique ici
Procurez-vous un code Steam ici

"Chargeeeeeeeeeeeeez !!!!"
« Chargeeeeeeeeeeeeez !!!! »

5 FACTIONS DE CHOIX

Nous avons le droit a un choix parmis 5 factions. L’empire, plus simplement les humains, faction qui ressemble le plus dans sa jouabilité et son choix d’unité aux anciennes factions Total War. Très versatile, elle est peut être la plus classique des 5. Vient ensuite les nains, petits, barbus (ah bon?), doté de lignes solides portant des armures lourdes et de puissantes options pour le combat à distance, cette race est à privilégier pour les joueurs portés sur la défense. Les nains peuvent en plus se déplacer sous terre ce qui leur ouvrent des possibiltés tactiques supplémentaires. Il y a des nains, il y a des orks ! Les WAAAGH répondent présents dans ce Total War Warhammer. Il en effet possible d’incarner les Orks, leur roster comprenant beaucoup d’infanterie légère, composé également de gobelins et aussi de monstres très puissants (géants, araignées etc). On retrouve un nouvel élement puisque ces monstres occupent un « slot » dans votre armée (limité à 20 par armée) mais ne représentent en réalité qu’une seule unité. Bien sûr leur puissance compense largement leur nombre réduit. À noter qu’en tant qu’Orks, vos armées ne garderont le moral que si vous leur offrez le lot de pillage et de combat qu’elles méritent ! On s’éloigne encore plus du classique pour retrouver en 4ème choix les Vampires Count. Ceux-ci sont particuliers car ils peuvent exercer une forme de corruption sur les cités des autres factions afin de les affaiblir et ils puisent leurs forces parmis les morts des précédentes batailles. Ils ne disposent quasiment d’aucunes unités à distance mais beaucoup de chair à canon et de monstres très puissants. Enfin, dernière race jouable (uniquement en pre-order ou pour ceux ayant acheté le jeu la première semaine de sa sortie) : le Chaos. Si vous ne disposez pas du DLC, vous devrez vous contenter de les voir tenter de razer le monde. Autrement, c’est vous qui le razerez ! A l’instar des VC, ils ont très peu d’unités à distance (hormis les bons vieux hellcannon et les pécors à cheval qui lance des hâches) mais se rattrape sur la puissance de leur infanterie/cavalerie et leur choix conséquent de créatures surpuissantes (Dragon ogre shaggoth !). Le chaos ne possède aucune cité, ils se déplacent en horde uniquement (à la manière de Attila), pillant et razant tout sur son passage.Nous l’avons vu, chaque faction à ses propres éléments de gameplay et son roster et c’est très réussi. On a plus du tout l’impression de jouer « la même chose mais avec des couleurs différentes »

GÉNÉRAL, À VOS ORDRES !

Mais qui mène votre faction à la gloire ? Un général qui après quelques dizaines de tours ne pourra plus se battre car il a maintenant besoin d’une canne pour marcher et souffre d’incontinence ? Non non non, contrairement aux précédents Total War, vos généraux ne peuvent plus décéder de vieillesse simplement au fil du temps. On peut donc s’y attacher sans craintes (à noter qu’on peut renommer à sa guise chaque unité, généraux compris). Lors du choix de la race que vous voulez contrôler, vous aurez le choix entre 2 (voire 3 pour le chaos par exemple) « seigneurs légendaires ». Ils proviennent de la lore de Warhammer et apportent indéniablement à l’expérience. En effet, ils permettent plus facilement de se dire qu’on incarne un personnage qui mène sa faction à ses objectifs. Pour n’en citer que quelques uns : Karl Franz (Empire), Mannfred Von Carlstein (Vampire Count), Archaon the Everchosen (Chaos), Grimgor Ironhide (Orks), Thorgrim Grudgebearer (Nains)… Chaque seigneur gagne de l’expérience et des niveaux au fil des batailles et possède son propre arbre de compétence ainsi que son inventaire. Bien qu’assez basique, cet ajout est très appréciable et permet encore un peu plus de s’attacher à ces personnages (en+ d’être carrément badass pour la plupart). Le choix d’un seigneur légendaire vous permet de démarrer la campagne directement avec lui, mais il faut savoir qu’il est possible par la suite en remplissant certaines conditions de recruter les autres. De même, il est possible de recruter des « héros » qui contrairement aux seigneurs sont génériques (à comprendre pas de nom direct, pas de lore particulière) mais sont tout autant customizable. Lors des combats et selon leurs spécialités ils sont pour la plupart extrèmement efficaces. Bête de corps à corps ou lanceur de sorts, la diversité est appréciable.

« IMPERIUM !! »

Cependant, une des premières inquiétudes des fans lors de l’annonce du jeu a été la magie. Contrairement a ce que l’oncle d’Harry Potter a pu lui dire, la magie existe bel et bien dans l’univers Warhammer et au grand soulagement de chacun il s’avère que celle-ci est assez équilibrée. En effet on ne risque pas de balayer tout une armée avec quelques sorts bien placées. Pas OP donc, mais bien utile quoi qu’il en soit, elle offre un élément tactique supplémentaire à prendre en considération. Le nombre de sorts que vous pouvez lancer durant une bataille est limité par une réserve allouée à vos héros lors de la phase de déploiement. Il est possible de roll un nouveau chiffre si vous pensez que celui-ci est trop bas (au risque d’en avoir un encore plus bas). Limite supplémentaire, cette réserve est commune à toute votre armée, ce qui signifie que si vous avez plusieurs seigneurs/héros sorciers/magicien parmis vos troupes, ils devront tous piocher dans celle ci. L’intérêt d’en avoir plusieurs dans une même armée est ainsi plus faible. Et pour les objets, on les obtient comment ? Il faut aller slasher 2000 sangliers et sacrifier ses bourses aux dieux du RGN (ou Chaos dirais-je pour coller au thème) ? Pas exactement… les batailles gagnées apportent leur lot de loot aléatoire, mais l’important est qu’en avancant dans la campagne, vos seigneurs obtiendront chacuns plusieurs quêtes qui leurs seront propres et qui leurs permettront d’obtenir des objets très puissants et qui collent encore une fois à la lore. Outre la récompense « physique » octroyée, ces batailles scénarisées sont excellentes et apportent une certaine fraicheur dans la campagne qui peut parfois s’avérer tédieuse par moment (on en reparle dans les points négatifs). Vous disposez également d’un arbre technologique de faction très linéaire, rien de bien folichon mais permet d’obtenir de nombreux bonus (bonus de moral pour certaines unités, de statistiques etc).

« FAITES L’AMOUR, PAS LA GUERRE »

Seul 5 factions sont jouables nous l’avons vu, mais beaucoup plus sont présentes sur la carte du monde (sans avoir le compte exact allez 15+ à vu d’oeil). Ça fait plus de cités à piller, à raser, plus de batailles et globalement, plus de monde à emmerder ! « Faites l’amour pas la guerre » ! Hey dis-donc le hippie là, c’est bien beau de balancer ça mais les conditions de victoire stipulent clairement qu’il faut la faire la guerre pour gagner, je fais quoi moi ?! Alors, à moins de vouloir se lancer dans une campagne qui se soldera pas un echec cuisant la paix n’est pas une option. Pas tant que votre faction ne dominera pas le monde (j’ai très envie de placer un petit «Si vis pacem, para bellum» mais c’est vraiment pour faire genre). Dans Total War Warhammer, vous n’êtes pas obligé de déclarer et faire la guerre avec le monde entier. C’est même fortement déconseillé surtout si vous jouez dans les niveaux de difficultés les plus élevés (facile, normal, difficile, legendaire). Obtenir des accords diplomatiques avec les autres factions est important puisque celle-ci peuvent vous aider aussi bien militairement que financièrement. Des affinités vont se créer au fil de la campagne et vos actions auront un impact direct sur vos alliés/ennemis, à comprendre qu’attaquer un ennemi d’une faction vous fera gagner des « points » avec cette dernière (pas de lorem ipsum ce coup ci c’est français comme citation…). Encore une fois selon la race dirigée, différentes options sont possibles, par exemple l’Empire peut confédérer/unifier les autres Etats humains. Le Chaos peut uniquement « traiter » (à comprendre les fumer et en faire ses vassaux) avec les tribus du nord etc.

« DROIT DEVANT ! »

Un peu plus de détail sur les batailles maintenant, au programme des nouveautés, outre la magie et l’utilisation d’objet conférant des capacités spéciales il est maintenant possible de déterminer en un seul ordre le chemin qu’une (ou plusieurs) unité doit emprunter. On peut définir un arc de cercle plutôt qu’un « tout droit », celà rend les manoeuvres de flanking par exemple plus aisées. Lors des sièges, il est possible de forcer la porte avec certaines de vos unités sans avoir recours au traditionnel bélier. Les affrontements sont plutôt rapides, même si parfois l’intensité fait qu’on a l’impression que l’action dure longtemps alors qu’en réalité seulement quelques minutes se sont écoulées. Sont peut être en cause les statistiques élevés des unités ? Pour résumer, chacune a pour attribut : points de vie, chance de toucher, chance d’esquiver, puissance, vitesse, moral, puissance de charge ainsi que d’autres attributs bonus (par exemple « terrifiant »). Personnellement je trouve que c’est un bon point pour le gameplay, un peu moins pour prendre son temps et apprécier le coté spectaculaire des conflits. Afin de gagner encore plus de temps comme à l’accoutumé le jeu propose l’autoresolve, qui part un algorithme savant détermine qui gagne la bataille et combien d’unités sont éliminées dans chaque camp. Pratique mais un peu trop puissant selon la composition de votre armée, sachant que les unités de type « monstre » peu nombreuses souffrent de très lourdes pertes à chaque autoresolve. Il serait bon qu’un petit patch vienne équilibrer celà. Et a mon avis ce n’est pas le seul ajustement à faire.

QUELQUES PETITS DÉFAUTS…

Ce Total War Warhammer est bourré de qualité nous l’avons vu mais quelques détails nuisent à l’expérience de jeu. Premièrement, l’IA, à moins d’être dans une situation extrèmement avantageuse préfère vous fuir, ce qu’elle arrive trop bien à faire en restant toujours PILE-POIL-DE-FION (salt much) en dehors de votre rayon d’action. En jouant le Chaos, préparez-vous à livrer une grande majorité de siège car on vous fuit comme la peste ! A première vue ça serait plutôt logique, sauf que lorsque le dernier bastion encore debout d’une faction est assiégé par vos soins, et que l’IA décide que ses armées n’ont pas à venir la défendre c’est pas top top. De même, il est possible que vos vassaux se déclarent la guerre sans raison, remettant tous vos plans en question. J’ai aussi trouvé la composition d’armée choisie par l’IA également peu intéressante, beaucoup trop d’unité distantes (par exemple des armées avec 10 unités d’artillerie/20 pour seulement 4 unités d’infanterie corps à corps).
Valable pour chaque camp cette fois, il n’est plus possible de changer une unité de formation, exit donc la « loose » formation à moins d’avoir des boucliers c’est des flèches et non des céréales que vous mangerez au ptit dej! Pas de testudo etc. Il n’est plus non plus possible d’attaquer directement les murs avec vos artilleries lors des sièges. Les tours des cités en revanche ne se priveront pas de vous en mettre plein la gueule avec une range trèèèèèès élevée. Fini également la possiblité de faire fuir vos unités manuellement. Les Replays de batailles quant à eux, semblent souffrir d’un petit problème de mémoire car ils ne restranscrivent pas EXACTEMENT ce qui s’est passé mais seulement les ordres/mouvements des troupes engagées. Bien qu’agaçant, ces points ne sont en aucun cas rédhibitoires, car fort heuresement, TWW est présent sur le steam workshop et on peut d’ores et déjà y trouver plus de 1000 mods ! Beaucoup règlent d’ailleurs ce qui est évoqué ci-dessus. Un excellent point pour l’avenir du titre, en plus des futurs DLC (elfes et beastmen possiblement ?) prévus.

LES GRAPHISMES

On terminera en parlant maintenant de la forme plutôt que sur le fond. Graphiquement ça rend plutôt pas mal, un zoom au coeur de l’action nous en jettera plein la vue ! Les modèles sont très réussis, les textures sont tout à fait correctes (peut être que celles des terrains auraient pu être de plus haute résolution) et les animations ne sont pas en reste. Comme dit, le terrain est peut être un peu moins réussi mais rien de choquant, certains environnement étant très bon alors que d’autres trop génériques. Les effets (magie, explosion etc) n’ont pas à rougir hormis l’effet de trainée de certains projectiles notamment les flèches et les balles. L’ensemble reste plutôt fluide sur un vieillissant combo (déjà bien vieux même pour le cpu) i7 920 + R9 290X dans une qualité entre high et ultra avec unité en « huge ». Les seuls ralentissements assez conséquents lors de batailles comprenant plus de 2 stacks (40 ensemble d’unités+). Quant au sons, c’est du Total War, ça gueule lors des charges, bim boom tout ça aucun reproche à faire de ce côté-ci. Les musiques sont sympas sans pour autant être transcendantes. Pour moi les voix des seigneurs légendaires (en VO) auraient pu gagner en qualité. Premièrement de part ce qu’ils disent lors de leurs interactions car dans ce total war, tout le monde est un pokemon… Selectionner Karl Franz et il vous dira comment il se nomme (crie mon nom ****) ! C’est plus insolite que génant mais tout de même. Secondement les voix manquent un peu de charisme (ça reste un avis bien sur), comparé au dawn of war par exemple qui sont certes des jeux différents sur un autres univers par un autre développeur (mais pourquoi je compare avec alors ?) mais dans lesquels lorsque l’on contrôle un héros on se sent monter une demi-molle.

[infobox style=’strong’ static=’1′]Finalement je ne peux que vous conseiller Total War Warhammer car bien que pas encore parfait, il offre une excellente expérience à tout amoureux de stratégie/batailles épiques même si vous n’êtes pas un fan absolu de l’univers Warhammer. Le meilleur dans tout ça est que tel un bon vin et au contraire des protaganistes d’un film pour adultes il va sans aucun doute s’affiner avec l’âge ! Alors n’hésitez plus et foncez vous procurer Total War Warhammer sur PC ![/infobox]

Cet aperçu vous a donné envie ?
Commandez dès maintenant Total War Warhammer sur PC !

Si vous voulez en voir plus, plutôt que de vous montrer une vidéo démontrant mes talents de stratège inexistants je vous recommande ces deux chaines youtube qui contiennent d’excellentes vidéos sur Total War en général (et dernièrement sur Total War Warhammer bien sûr) Lionheartx10 et WarriorOfSparta.

About Author

Miguelito

1 Comment

    J’en oublierais presque que je ne suis pas un fan du genre. Merci pour cette review

Comments are closed.