ZOMBILLÉNIUM
Scénario 60
Réalisation 75
Acteurs 78
Audio 81
Image 92

C’est un belle animation, bien réalisée, même s’il manque un scénario surprenant et un poil plus mature. Ne vous attendez pas non plus à un film d’auteur..

Summary Rating: 77.2% 77.2 Oui

ZOMBILLÉNIUM

D’un premier abord mitigé lors du festival d’animation d’Annecy, un deuxième visionnage m’a permis de mieux définir mon sentiment sur cette animation made in Europe..

***

ZOMBILLÉNIUM
Par Arthur de Pins et Alexis Ducord
Avec Emmanuel Curtil, Kelly Marot, Alexis Tomassian…
Le 18 octobre 2017 au cinema
Durée 1h18

Synopsis

Dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium, les monstres ont le blues. Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité… Jusqu’à l’arrivée d’Hector, un humain, contrôleur des normes de sécurité, déterminé à fermer l’établissement. Francis, le Vampire qui dirige le Parc, n’a pas le choix : il doit le mordre pour préserver leur secret. Muté en drôle de monstre, séparé de sa fille Lucie, et coincé dans le parc, Hector broie du noir… Et si il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

 

*** BANDE-ANNONCE ***

UNE HISTOIRE ATTRACTIVE MAIS DES ENJEUX TROP PRÉVISIBLES…

L’idée est sacrément attirante: un beau panel du bestiaire horrifique mis en scène dans un parc d’attraction. Zombie balayeur, loups garous agents de sécurité, vampire à la direction… un univers que l’on peut apercevoir dans le clip Nameless world de Skip The Use.
Le traitement artistique est calqué sur celui des BD déjà éditées. Bien que l’on aurait pu y ajouter un peu plus de textures, le style reste simple, épuré et efficace. L’utilisation de la 3D apporte une véritable plus value dans le dynamisme des séquences. On jouit des beaux mouvements de caméra comme dans la scène du concert, des envols de Gretchen avec son skate-balai… Ajoutez à cela une bande son très rock’n’roll signée par Mat Bastard (voix de Skip the Use et du personnage Sirius, le squelette) et d’Éric Nerveux. Les enjeux sont quand à eux beaucoup moins recherchés. Des thématiques « passe partout » comme l’amour, l’éducation, la parentalité sont abordées. La dimension politique, économique et sociale est même quelque peu écornée par cette vision manichéenne de la lutte des classes entre vampires et zombies. Des caractéristiques qui amènent à une fin trop prévisible.

DES PERSONNAGES HAUTS EN COULEURS

Un gros travail est effectué sur les personnages. Leurs histoires et leurs caractères sont bien plus étoffés que dans les bd, tels qu’Hector Saxe ou encore Aurélien. Ce dernier, héro de l’histoire, devient par conséquent l’élément par lequel arriveront les changements. On suit avec attachement son évolution, du papa obsédé par son travail vers sa métamorphose finale.
Un autre personnage, inédit, incarne l’un des tons les plus amusant du film : Steven. Il symbolise clairement l’autodérision des films et des personnages fantastiquement kitchs comme le brillant Edouard Cullen de Twillight. Il est le beau monstre arrogant, manipulateur et détestable qui s’opposera à notre héro. Il y a beaucoup d’autres clins d’œil sympathiques au genre, comme Thriller de Michael Jackson, Noces Funèbres, pour le côté pop culture et les différents niveaux de l’enfer de Dante avec le fameux étage-9 pour la référence littéraire. Tout ça provoque de belles séquences pleines d’humour qui plairont aux enfants comme aux adultes.

CONCLUSION

C’est un belle animation, bien réalisée, même s’il manque un scénario surprenant et un poil plus mature. Ne vous attendez pas non plus à un film d’auteur. Son but est clairement de plaire au plus grand nombre. C’est un beau divertissement familial et une belle réussite du savoir faire français et européen. Il n’a donc rien à envier aux productions outre-atlantiques. Pour preuve, au festival d’Annecy, toutes les séances étaient complètes! Un véritable succès. Il est vrai que l’on en ressort sourire aux lèvres, avec une envie irrésistible de retourner faire un tour de manège dans Zombillénium.

 

 

Related posts

Antigang, le « French Heat » ?

Antigang, le "French Heat" ?


Antigang, le "French Heat" ?

Lors du dernier Showeb 2015, nous avions eu la chance de voir un showreel SND d'Antigang ! Aujourd'hui, SND dévoile un premier teaser du film de Benjamin Rocher avec Jean Reno et qui devrait sortir au cinéma le 19 août 2015. Synopsis : Serge Buren est un flic de légende, entouré d’une...

X-Men Dark Phoenix déploie ses ailes en vidéo

X-Men Dark Phoenix déploie ses ailes en vidéo


X-Men Dark Phoenix déploie ses ailes en vidéo

Après des mois de teasing et d'annonces pas toujours forcément de bon augure et après de nombreux des reshoots, le prochain film X-Men, intitulé X-Men: Dark Phoenix se dévoile enfin en vidéo. Un trailer qui en dévoile beaucoup sur le ton très sombre de ce prochain opus qui devrait sortir au...

Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées

Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées


Rating: 68.0%

Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées

Rating: 68.0%

Cette épopée était prévue en deux volets par Peter Jackson mais la production en a décidé autrement. Malheureusement, cela s’en ressent. Les scènes longues des combats, les personnages mal construits sont trop nombreux et supplantent la qualité des rares personnages bien étoffés…