Quand il s’agit de tirer sur tout ce qui bouge, le jeu vidéo en ligne a tendance à se transformer en un immense terrain de Battle Royale, un genre bien représenté dernièrement. Pourtant Krafton, Inc., les créateurs du célèbre PUBG Background nous prennent par surprise en nous proposant une toute autre approche de la guérilla en solo et en coop. Disponible depuis le 7 décembre dernier sur Steam, voyons ce que nous réserve Thunder Tier One.

La bonne école militaire

Au premier coup d’oeil, on ne peut s’empêcher de penser que Thunder Tier One s’inspire de ce bon vieux « Commandos ». On y retrouve un peu de l’ambiance, cet angle de camera particulier et les commandes d’une troupe d’élites. Mais s’ils ont de nombreux points en communs et qu’ils partagent quelques éléments de gameplay, la comparaison entre les 2 jeux s’arrête là, car Thunder Tier One est avant tout un « top-down shooter », autrement dit : l’action et les prises de décisions rapides seront de mises, tout en gardant une approche réaliste.



Briefing

Dans sa campagne solo le titre nous livre une version plus tactique du jeu de tir classique. Avec ses scènes en 3D en vue du dessus, qui mettront notre sens de l’observation à l’épreuve, on évolue sur des terrains variés afin d’exécuter différents objectifs, au cours de plusieurs missions. Pour se faire on dispose de son propre personnage, mais on pourra aussi compter sur l’aide de 3 autres unités, toutes contrôlables à l’aide d’une sélection d’ordres bien pensés pour faire évoluer notre troupe sur le terrain. Et bien sur, pas de troupe d’élite sans un accès à un arsenal digne de ce nom. D’ailleurs, il faudra en fonction des missions, choisir les unités que l’on souhaite amener avec nous, mais aussi leurs équipements respectifs et celui de notre personnage principal. À nous de décider quelle solution nous semble la plus adaptée : est-ce que l’ont fait le choix d’un armement lourd, façon « Rambo » ? Ou alors décide-t’on de la jouer furtif, à la manière d’un « Solid Snake » avec des silencieux sur toutes les armes ? Vive la customisation ! Quoi qu’il en soit, on dispose d’une liberté de choix sur notre façon d’aborder les missions, qu’il s’agisse de leurs préparations ou de leurs déroulements.



Soldat sur le terrain

Après quelques parties, on se rend vite compte que le jeu ne fait pas de cadeaux et se veut « réaliste ». Les échanges de coup de feu ne pardonnent pas et il vaut mieux être le premier à tirer sous peine de se voir recommencer la mission depuis le début. Une fois sur le terrain, il va falloir observer avant d’agir : la prise d’information jouant un
rôle important. En effet, l’une des mécaniques principale consiste à faire en sorte que, si la vision du personnage est bloquée par un obstacle ou par un autre élément du décors, le joueur ne sera pas en mesure de déterminer la position exacte des ennemis. Ces derniers demeurent invisible, et ce même s’ils se tiennent à coté de votre personnage.
Cette contrainte vous forcera à jouer avec précaution et à user des couvertures qu’offrent le terrain, afin de déjouer les rondes des soldats ennemis et de les éliminer sans se faire repérer. Dans le même ordre d’idée, il faudra aussi s’assurer qu’il n’y ait pas d’obstacles dans notre ligne de mire au moment de faire feu, surtout si on utilise un fusil sniper. Des détails appréciables qui renforcent le côté réaliste du titre. Heureusement toutes ces mécaniques, et bien d’autres, nous sont présentées dans un tutoriel complet en début de partie. Cette mise en bouche mérite clairement qu’on s’y attarde si on souhaite maîtriser les subtilités que le jeu nous offre. Car apprendre à bien diriger les troupes
sur le terrain en leurs donnant les bons ordres au bons moments sera la clef du succès. Une fois l’épreuve de la prise en main passée, on pourra apprécier le « gunplay » qui,
additionné au système de couverture, fonctionne bien et s’avère être très satisfaisant. On prendra également plaisir à tester les différentes armes et les autres équipement mis à notre disposition. D’un point de vue esthétique maintenant, la direction artistique est plutôt timide mais n’en reste pas moins efficace. Les différents environnements présentés sont agréables et la force des niveaux reposent surtout sur leurs level-design. Il y a toujours au moins 2 solutions qui s’offrent à vous pour contourner des soldats trop nombreux : emprunter un chemin différent pour choisir une approche furtive, ou encore compléter les objectifs d’une même mission simultanément si on joue en coop. Rarement les objectifs ne nous force à suivre des rails et ça fait du bien !



Travail d’équipe

En mode coopératif PVE, c’est à peu prêt la même recette. Toutefois, dans certains cas, le titre sacrifie son aspect stratégique pour favoriser l’action. En effet, pas d’I.A dans les équipes, toutes les unités sont contrôlées par les joueurs cette fois (de 2 à 4, entre amis ou en matchmaking). Les parties se transforment parfois en de joyeux « Run ‘n’ Gun » où tout le monde se met à tirer à vue, sans trop réfléchir. Autrement il faudra quand même faire preuve d’un minimum de coordination pour venir à bout des missions tout en faisant son maximum pour ne pas tirer sur ses alliés « #friendly fire :on » ! Le fun est au rendez-vous dans tout les cas. Thunder Tier One propose également des modes PVP. On y retrouve le traditionnel « Deathmatch », un mode « Advance and Secure » où il s’agira, avec un nombre restreint de réapparition, de sécuriser plus de points d’objectifs que l’équipe adverse. Et le mode « Exfil » en 4v4. Une équipe tente d’exfiltrer un paquet tandis que l’autre essaye de l’en empêcher. Rien de révolutionnaire sur le papier, mais qui couplé aux mécaniques et au gameplay propre du titre, ajoute une touche d’originalité à l’ensemble. Mention spéciale pour le support du « Workshop » de Steam, qui affiche déjà un mode intitulé « Survive ! » qui comme son nom l’indique propose de survivre le plus longtemps possible sur une map infestée de zombie, toujours en coopération. Un petit plus dont on ne se privera pas, d’autant que la communauté semble plutôt active et propose déjà son lot de contenus additionnel (maps, skin, arme, etc,).



Debriefing

En misant sur un mélange subtil, Thunder Tier One nous amène un peu de fraîcheur dans le genre sous-représenté du « top-down shooter ». La partie solo reste selon moi l’aspect le plus intéressant du titre malgré les 9 « petites » missions de sa campagne principale. Il est vrai qu’on pourrait se dire que ça reste léger pour un jeu de ce type, mais la re-jouabilité en coop est bien présente et les modes PVP/PVE en ligne, ainsi que le support du workshop de steam, viennent compléter un tableau plus qu’honnête. Enfin, proposé au prix abordable de 19,99 € sur Steam, Thunder Tier One est un bon choix si vous ne savez pas encore à quoi jouer en cette fin d’années.


About Author

BB

Créateur et Rédacteur de bbbuzz.fr. Fan de comics, je suis ce qu'on peut nommer un gros geek barbu.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Que font 14 + 6 ?
Please leave these two fields as-is:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.